La maison passive

Posté par:

La maison passive, tout le monde connaît, mais que recouvre exactement ce concept ? Quels sont ses principes de fonctionnement ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients éventuels ? Tour d’horizon.

Principes de fonctionnement

Comme son nom l’indique la maison passive vise à une consommation énergétique inexistante ou très faible. Cette consommation d’énergie ne concerne pas seulement le chauffage, ainsi dans une région au climat chaud une maison passive visera à éliminer la consommation énergétique liée à la climatisation. En France, la problématique porte essentiellement sur la consommation liée au chauffage. Pour la réduire au maximum la maison passive mise sur : l’isolation, la conception du bâtiment, le renouvellement de l’air, le mode de chauffage et l’apport solaire. C’est la combinaison de l’ensemble de ces facteurs qui la rend efficace.

L’isolation : elle ne sera efficace qu’en étant suffisante en épaisseur mais en bénéficiant également d’une mise en œuvre irréprochable. Cette mise en œuvre garantira l’étanchéité de l’enveloppe et donc l’absence de ponts thermiques et d’apports en air extérieur non désirés. Cette étanchéité à l’air nécessite un système de ventilation efficace, ainsi que des parois perspirantes capables de laisser migrer progressivement l’humidité ambiante vers l’extérieur (à l’image d’une membrane GoreTex) sans quoi la maison n’est pas saine. Cette isolation comprend : les parois, le sol, la toiture et les ouvrants.

La ventilation : nécessaire contrepartie d’une maison étanche, la ventilation doit être suffisante… et économe. Pour cela la ventilation double flux est un dispositif adapté : les calories de l’air sortant sont récupérées par un échangeur pour réchauffer l’air entrant. Bien sûr il y a une perte mais la consommation énergétique est réduite.

La conception : ici c’est très simple. Plus le bâtiment est compact, moins sa surface de contact avec l’air extérieur est importante. Un cube sera ainsi beaucoup plus efficace qu’une maison de plain-pied de forme rectangulaire. La répartition des ouvertures en fonction de l’orientation des façades est également essentielle : on minimisera les ouvertures au nord, on procédera à l’inverse au sud.

Le mode de chauffage : dans une maison passive son rôle est minimisé mais pas totalement inexistant. Il se réduit à un appoint ponctuel pouvant se résumer à une simple résistance intégrée à la VMC double Flux. La maison passive n’est pas incompatible avec le plaisir d’un poêle, mais son usage s’en trouvera restreint par les très faibles besoins en énergie.

L’apport solaire : de larges ouvertures sur la façade orientée au sud permettront de récupérer l’énergie solaire. Il est également indispensable de prévoir des systèmes de protections permettant de limiter ces apports de calories solaires en périodes estivales, pour garantir un confort d’été optimum.

0